Etude des noms des lieux de Drucourt

L’étude des noms de lieux de notre commune qui est présentée ci dessous est le fruit de diverses compilations d’ouvrages et de recherches personnelles. Si des personnes pouvant compléter ou apporter des éléments complémentaires, je serais heureux de les communiquer.

le houssaye : selon Delisle  lieu où pousse le houx ( au moyen age housset) dont l’écorce était très employée ; selon Dauzat, vient du latin Ulex, ulicis signifiant ajonc

le maurey : il existe deux lieux dits à Drucourt portant l’appellation maurey. Le premier  sis près de la commune voisine du Planquay. D’après Delisle, mora signifiait landes marécageuses. Cette définition naturelle semble correspondre parfaitement à l’état du lieu ainsi dénommé.  Le deuxième maurey se situe au nord est du bourg, divisé  actuellement en deux parties :  le maurey et le maurey motté. Cette dernière précision cadastrale est précieuse, en effet une motte est un endroit surélevé et fortifié. Le  texte descriptif de la ferme de Roger de Mortemer, un des anciens seigneurs de Drucourt, nous indique la présence d’un certain Guillaume MAUREE, ainsi qu’une maison Mauree. Le manoir du Maurey sur les lieux actuels nous signale donc la pérennité antique du lieu.

Bosc : du latin Boscum : bois .Beaurepaire nous indique qu’en de nombreux lieux homonymes et les relations humaines s’intensifiant, ces homonymes se sont révélés gênants. Nos ancêtres y ont remédié en adjoignant au nom Bosc, des déterminants complémentaires pour les différencier ; parfois des noms seigneuriaux, notamment vers les XII et XIII ième siècles. Ainsi , nous trouvons à  Drucourt :

  1.  le bosc henry   cette famille du bosc henry dont l’origine serait attestée à partir du XV ième siècle
  2. le bosc drouet , drouet , selon certains, serait d’origine celtique douret, dour ( ruisseau, eau)
  3. le bois guillaume  ; guillaume du Bois , écuyer de Colin de Drucourt, détenait  en 1320 un membre de fief à Drucourt, 

Mesnil : ce nom de lieu ce forma vers le X ième siècle. Il s’agit d’un terme dérivé de mansio ( maison) qui désigne en l’occurrence une exploitation rurale dotée d’une maison d’habitation 

l’Aunerie :    de aulne, aulnaie. la multiplicité des noms de lieux tirant leurs noms de cet arbre , prouve combien il était répandu dans notre région. Il donne un bois d’ébénisterie très apprécié pour la fabrication des outils agricoles. Les plantations étaient souvent à proximité de cours d’eau ou dans des parcelles humides, voire marécageuses.  Cependant il existe une autre version qui a pour origine le droit d’aunage sur le ruban ; l’aune étant  l’unité de mesure.

le Rosey :   Delisle nous indique que les rosières étaient des marécages couverts de roseaux qui étaient surtout employés pour couvrir les maisons.

la buissonnière :  avant le VIII ième siècle, le terme buisson était synonyme de bouquet d’arbres, de bouqueteau ou de bocage

la hêtraie : de hêtre

le manet ou manai , la manerie : peut être un dérivatif vocal de manoir, du latin manere. Cette solution se concrétise par la présence d’u manoir actuel dans ce lieu

la fabrique : vers le XVIII ième siècle, construction religieuse ; vers le XVI ième , revenus affectés à l’entretien d’une église  , dans notre période moderne , la fabrique désignait l’usine de ruban

la fontaine au dragon : cette fontaine , à l’écoulement difficile, entretenait des marécages dont les miasmes, dans l’esprit populaire imaginatif ( entretenu par les religieux) étaient assimilés au souffle d’un dragon. Les moines du Bec Hellouin assainirent sans doute les marécages, enrayant ainsi les épidémies et anéantirent ainsi l’esprit du dragon.

bois de fains : de finés ( limites). Selon Henri Pellerin, ces bois constituaient  une limite au domaine de judith de Bretagne , duchesse de Normandie, ce qui semble  attesté par ailleurs ce terme est également selon le Larousse le point limite entre deux cités gauloises ou de deux pagii…..Beaurepaire penche vers la solution de fanum (temple) peu probable..

hameau jouas : famille jouas, jouen au XV iéme siècle à Drucourt

hameau Thibout :

la louverie :

les cordeliers :

la doguerie :

la tomainerie :

les merceries :

la baronnerie:

la vallée :

l’Eveché

    

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s